Nougat de Tours

Photo copyright Didier Laget
Quand j’ai vu du nougat de Tours pour la première fois, je me suis dit « c’est quoi ce délire, c’est pas du nougat, je sais ce que c’est du nougat quand même, ça vient de Montélimard ». Pire encore, l’étiquette disait « Véritable nougat de Tours ». J’étais en train d’appeler la répression des fraudes, quand Michel est revenu avec des bouteilles de bière de la région. Et là, il m’a tellement bien expliqué les choses – c’est rond, c’est sucré, ça remonte au temps ou Léonard de Vinci passait ses vacances dans la région – que j’ai acheté deux petits Véritables nougats de Tours.


Alors je les ai mangés tout les deux à la suite, trop vite, sans vraiment faire attention à la texture, au petit goût de pâte d’amande tendance calissons, aux fruits confits qui sont jolis en plus d’être bon, à tel point que je suis incapable d’écrire quoi que ce soit sur le Véritable nougat de Tours sinon que c’est rond, sucré et que ça remonte au temps de Léonard Cohen.

3 commentaires

  1. je préfére les calissons de Vilnius , ou , les rillettes de Tourcoing .

  2. Et moi la bouillabaisse de Lille ou le cassoulet de Rennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *