Sur ma Vespa

En hiver, j’ai froid comme les motards, et quand il pleut, je suis presque aussi mouillé qu’eux. Pourtant, les motards ne me font jamais de petit signe en me croisant, comme ils le font entre eux. C’est vexant. Du coup, je ne dis bonjour qu’aux vespistes. Le communautarisme des uns rend-t-il communautaristes les autres ?

Un commentaire

  1. et bien moi , je roule en Italien aussi ( d’ailleurs Didier adore ! ) , si celà peut vous rassurer ; dans ma région , pas de signes non plus entre scootéristes .. sauf le jour ou j’ai croisé une horde de vespa et lambretta , qui venait de Marseille look « QUADROPHENIA » , mods , et là : oups !!!!!!!!!! nous nous sommes salués .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *